Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Les tenues des femmes dans le sport

Index

Jeux de Tokyo

Les années 60

Règlements des tenues

Le maillot de bain

Fin du 19°/début du 20°siècle

Deux témoignages

Sources

Un seul message

Trois avancées

Solutions

Des propos scandaleux

Une étude sur le Beach Hand ball

+ info

Melle Laloz (de face,) est une joueuse du Fémina Sport, décembre 1920.

Teresa Castellanos de Mesa (à droite), a ouvert sa propre école d’escrime à Paris, en 1840, inspirant ainsi de nombreuses jeunes filles.

À cette époque, la pratique sportive féminine était principalement réservée aux femmes des classes sociales supérieures, souvent appelées les "femmes de sport". Malgré les codes vestimentaires stricts de l'époque, certaines aristocrates pratiquaient des sports tels que le tir, le golf ou le tennis en pantalon et veste de tailleur. Cependant, la plupart des femmes devaient porter des robes longues et des corsets, ce qui n'était pas pratique pour le sport.Au début du siècle, certaines femmes refusèrent ces vêtements longs et peu adaptés aux activités sportives et tentèrent d'introduire une nouvelle tenue : la culotte. À l'origine, cette initiative était portée par les cyclistes femmes qui trouvaient que les robes entravaient leurs mouvements. Cependant, cette nouvelle tenue fut mal vue par une grande partie de la société et critiquée dans la presse, ces femmes étant surnommées les "femmes en culotte". Cette contestation marque le début de la reconnaissance du pantalon pour les femmes dans le contexte des luttes féministes de l'époque. C'est ainsi qu'en 1909, une circulaire autorisa pour la première fois le port du pantalon pour les femmes, remettant en question une ordonnance datant de 1800 interdisant aux femmes de porter des pantalons.

Fin du 19ème/début du 20ème siècle

Fanny Durack, nageuse Australiene, 1ère championne olympique de natation

- Genially

L'équipe de natation australienne, lauréats du relais nage libre, Jeux Olympiques, Stockholm, 1912.

En quelques années, la pratique du sport par les femmes va augmenter et de nouvelles activités vont se développer. Notamment les bains de mer qui vont bouleverser les tenues féminines. Il fallait donc créer des nouveaux vêtements adaptés. La première tenue conçue fut une longue tunique recouvrant une culotte arrivant aux genoux. Étant très peu pratique, elle fut vite remplacée par le maillot de bain une pièce, ce dernier laissant apparaître bras et jambes. La natation devient ainsi le premier sport où femmes et hommes portent la même tenue.

+ info

1920, Ethelda Bleibtrey, 18 ans. C'est grâce à elle que les femmes peuvent nager sans bas pour couvrir ses jambes. C'est également l'une des premières à porter un bonnet de bain.

Très loin de ce à quoi elles étaient rattachées 100 ans auparavant

Les années

60

Un tout autre tournant

Dès le début des années soixante, le sport devient un phénomène de société, principalement chez les hommes. L'attention portée aux corps des femmes change radicalement et devient un facteur d'économie et de marketing. Jusqu'à la fin des années cinquante, le corps des femmes était complètement masqué, préservé. Mais il devient rapidemment sexualisé par et pour les hommes. Même en faisant du sport, la femme doit être attirante, jolie à regarder...

Propos scandaleux

De Marc Madiot, courreur-cycliste envers la cycliste Jeannie Longo.

🎥

37%

En 2008, une étude soulignait cette vision sexiste du sport féminin. Réalisée à partir des images filmées lors des matchs de beach-volley des Jeux olympiques de 2004, ellerévélait que plus de des plans étaient centrés sur la poitrine ou les fesses des joueuses. “Une telle analyse confirme que le sexe et la sexualité ont été utilisés non seulement pour promouvoir les athlètes, mais aussi pour vendre le sport aux téléspectateurs du monde entier”, peut-on lire dans la conclusion.

Jeux de Tokyo :

Olivia Breen

Sarah Voss

Alice Dearing

L'equipe Norvégienne de beach handball

Ces témoignages prouvent le contraire :

Pourquoi les règlements relatifs aux tenues des sportives sont si sévères ?

Helen Jefferson Lenskyj, professeur à l'université de Toronto et auteur de "The Olympic Games : A Critical Approach" ("Une approche critique des Jeux olympiques"), affirme que les décisions en matière d'uniformité sont fondées sur "des considérations pratiques liées aux exigences du sport", "des racines traditionnelles comme le Gi (tenue typique) pour les arts martiaux" ou la différenciation des sexes. Certaines fédérations affirment également que leurs décisions sont purement basées sur la performance, ou qu'elles garantissent l'équité.

L'Association internationale de boxe amateur

La Fédération mondiale de badminton

Le tournoi de tennis de Wimbledon

La Fédération internationale de volley-ball (FIVB)

L'équipementier NIKE

En 2018, Serena Williams crée l’événement avec sa tenue moulante conçue pour l’aider à surmonter des problèmes physiologiques liés à son accouchement.

En 2016, la nageuse Fu Yuanhui brise le tabou des règles dans le sport

Le point commun entre tous ces témoignages, c’est la volonté de montrer la nécessité d’être à l’aise dans sa tenue pour pratiquer son sport. Ils s’inscrivent dans le mouvement féministe. Ces femmes ne demandent qu’une chose : mettre un stop aux décennies de discriminations et d’hyperféminité qui affectent, depuis longtemps, les disciplines féminines. Et d’arrêter de s’attarder sur leur apparence plutôt que sur leur performance.

Solutions:

Ecouter

Que les fédérations soient plus à l'écoute des athlètes, afin de répondre aux besoin de chacun.

Règlementer

Mettre en place un règlement claire et justifié des uniformes sportifs. Pour une équité technique et matériel.

Stopper

Arrêter toute forme et dicrimination et/ou de sexisme envers les femmes.

Nos sources:

Lors de l'Euro de football 2022, la problématique du port d'un short blanc en période de règles qui avait été soulevée par les joueuses anglaises, a poussé certains clubs comme Manchester City à revoir là aussi leur règlement. Nike, équipementier de plusieurs équipes dont l'Équipe de France féminine de football, avait ainsi dévoilé de nouveaux shorts adaptés aux menstruations des joueuses en vue du Mondial 2023.

Le tournoi de tennis de Wimbledon, qui a autorisé les joueuses pour la première fois en 2023 à porter des shorts de couleur sombre. Elles peuvent faire le choix d’afficher des shorts de plusieurs couleurs, en raison des menstruations.

Wibledon, 28 juin 1925

Suzanne Lenglen est la première femme a avoir porté une robe au dessus du genou. Une révolution pour l'époque.

Suzanne Lenglen

Sarah Voss est une gymnaste Allemande. Elle a participé aux championnats d'Europe de Bâle en Suisse où elle n'a pas hésité à bousculer les codes vestimentaires de la gymnastique. Elle et son équipe ont porté pour la première fois un justaucorps couvrant intégralement les jambes. C'est une tenue autorisée par les règles de la fédération mais aucune athlète n'avait osé la porter. La gymnaste a choisi de se couvrir bras et jambes pour dénoncer la sexualisation de la gymnastique.

Sarah Voss
L'équipe norvégienne de beach handball

L'équipe Norvégienne de beach Handball a été sanctionnée d'une amande de 1500€ par la Fédération Européenne de Handball (EFH), pour avoir porté des shorts "trop longs" lors des championnats de l'Euro 2021. Cela a été qualifié de "tenue innapropriée", et l'EFH a déclaré que les joueuses n'avaient pas réspécté le règlement sur les uniformes. Alors que les joueurs masculins de beach handball sont libre de porter des shorts jusqu'à 10 cm au dessus du genou.

Alice Dearing

Alice Dearing est une nageuse Britanique spécialisée dans la nage en eau libre. En 2020, elle est la première femme noire Britanique à se qualifier pour les Jeux Olympiques. Elle a proposé l'usage d'un bonnet de bain adapté aux coiffures afro volumineuses et qui protège les dreadlocks, les frisages, les tresses et les cheveux bouclés épais. Mais l'usage de ce bonnet a été interdit par la fédération internationale de natation.

A l’inverse en 2011, la Fédération mondiale de badminton a décidé que les athlètes féminines jouant à un niveau d'élite devaient porter des robes ou des jupes estimant que cela permettrait de créer une "présentation plus attrayante".

En 2012, la Fédération internationale de volley-ball (FIVB) a changé son code vestimentaire. Avant cela, les joueuses étaient obligées de porter des bikinis ou des bodys pendant les matchs. Mais face à la montée des critiques, la FIVB a publié de nouvelles règles autorisant les femmes à porter des shorts et des hauts à manches par respect pour les "exigences religieuses et culturelles" de certains pays participants.

Juste avant les Jeux olympiques de Londres en 2012, l'Association internationale de boxe amateur a tenté de faire porter aux boxeuses des jupes au lieu de shorts. Leur raisonnement était que les spectateurs seraient capables de discerner plus facilement les boxeurs féminins et masculins. Cette suggestion a suscité une vague d’indignation ainsi qu’une pétition en ligne, lancée par la boxeuse amateure londonienne Elizabeth Plank réclamant que les femmes soient libres de choisir ce qu'elles portent sur le ring. Après avoir recueilli plus de 57 000 signatures, la décision a été modifiée et les boxeuses ont pu choisir entre un short et une jupe.

Olivia Breen

Olivia Breen est une athlète handisport Britanique. Elle est née avec une maladie type méningite ce qui lui a causé des problèmes d'audition, une paralisie cérébrale et des difficultés d'apprentissage. Elle détient deux médailles de bronze au JO (2012, 2020). Lors de la compétition du saut en longueur du championnat d'Angleterre la jeune femme a été critiqué par une juge et accusée d'avoir porté une culotte "trop courte". Après ça elle a donc déposé une plainte offitielle auprès d'England Athletic mais n'a pas eu de réponse.