Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

visiter

musée

les différentes salles

Les cultures et mythologies

Les ressorts de la conquête

La violence orchestrée

01

les cultures et mythologies

Suite de la visite

Cette image est extraite du Codex Tonindeye, qui retrace l’histoire des peuples de la région Miztèque. Cette scène représente la crémation d’os ancestraux. Je l'ai choisie parce qu'elle illustre bien selon moi les traditions mais aussi l'art à la période préhispanique.

Cette mosaïque représente un serpent à double tête, animal associé avec un pouvoir de régénération mais aussi la capacité de se déplacer entre le monde des vivants et celui des ancêtres. On pense que cette pièce a été utilisée comme ornement corporel lors de certaines cérémonies. Les colons voyaient l'art des indigènes comme primitif et barbare mais pourtant on voit bien la minutie et le savoir-faire nécessaire pour ce type d'oeuvre.

Cette statue est celle de la déesse-mère du peuple Huaxtec, qui symbolise la fertilité. Je l'ai choisie pour illustrer la pluralité et la richesse des folklores des peuples indigènes.

Ces deux textes traitent du dieu de la guerre Huitzilopochtli. Le premier est extrait du Codex de Florence qui décrit dans une visée ethnographique les coutumes des peuples indigènes. Le deuxième montre le mépris du conquistador espagnol Hernan Cortés par rapport aux déités locales lors de sa visite du Grand Temple de Tenochtitlan, la capitale aztèque. Il y a donc deux approches totalement opposées face à des cultures inconnues.

Cette image extraite du Codex Borgian représente Cipactli qui, dans la mythologie aztèque, est une créature (mais pas une déité) en partie poisson, en partie alligator et en partie crapaud. Chacune de ses articulations est couverte d'une bouche.

Suite de la visite

les ressorts de la conquête

Ce texte est la proclamation du conquistador espagnol Hernán Cortés à son arrivée au Mexique en 1519 d'après Bartolomé De Las Casas dans Les Conquistadors. Il montre la volonté d'évangéliser la population locale par tous les moyens jugés nécessaires.

Cette illustration du Codex Duran dépeint l'arrivée des Espagnols vue par des artistes aztèques après la conquête. La taille du bateau indique bien une certaine volonté de conquérir les terres sur lesquelles il se pose.

L'image est extraite du Codex Florentin et démontre Tzilcatzin, un héros Tlatelolcan qui jette des pierres aux envahisseurs pour se défendre.

Suite de la visite

la violence orchestrée

Ce texte provient du livre L'or de Cajamalca, qui raconte la conquête de la ville du même nom au Pérou. L'auteur Jakob Wassermann décrit la soif d'or des colons qui n'ont aucun scrupule à dépouiller la population.

L'histoire du roi des Talokans, Namor, est inspirée en partie de la colonisation de l'Amérique du Sud. Bien que fictionnelle, elle dépeint avec justesse comment les Espagnols, à leur arrivée, ont répandu leurs maladies mais aussi l'horreur de l'asservissement des populations locales.

Hernán Cortés, après avoir sympathisé avec l'empereur aztèque Moctezuma, finit par ordonner la destruction des idoles en dépit de la volonté de la population.

Issue du Codex Duran, cette image illustre la destruction du Grand Temple de Tenochtitlan pendant une cérémonie religieuse en 1520.

Le texte décrit l'assaut final sur la capitale aztèque Tenochtitlan après trois mois de siège. On perçoit la violence inouïe et la cruauté des soldats, qui ne montrent aucune pitié.

YOU HAVE PASSED THE MAYAN TEST

Fin de la visite

retour à l'accueil