Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Ecrit 2 Item 1 : technique, technologie et apprentissage moteur

Master MEEF EPS

ISFEC Saint Joseph - Montpellier Yannick Duboscq - enseignant agrégé EPS

Cet item invite à conduire une réflexion sur la place et le rôle de l’acquisition des techniques corporelles en EPS. Il s’agit de questionner la notion de techniques corporelles et de les appréhender dans leur diversité (techniques sportives, artistiques, d’entretien de soi, etc.). La technologie conduit à envisager les différents discours sur la technique (conceptions et modèles sous-jacents de la technique) et leur impact sur les démarches de transmission. L’apprentissage moteur complète cet item en invitant à discuter les différentes conceptions de l’apprentissage en vue de l’acquisition des techniques corporelles. Il s’agit de s’interroger sur le pourquoi, le quoi et le comment apprendre.

Ecrit 2 Item 1 : technique, technologie et apprentissage moteur

classe virtuelle: apprentissage moteur20/9

classe virtuelle: les techniques en EPS19/9

Ilôts en autonomie20/9

Asynchrone 21/9sujet

Asynchrone 19/9classe inversée

Ecrit 2 Item 1 : technique, technologie et apprentissage moteur

ISFEC Saint Joseph - Montpellier Yannick Duboscq - enseignant agrégé EPS

1- Asynchrone(classe inversée)19/9

ASYNCHRONE: 1- En 15 minutes chrono, prendre une feuille et écrire les idées qui viennent à l'esprit au sujet de cette question : "Quelle place accordez vous aux techniques en EPS ?" 2 - Sur wooclap.com tapez le code NLNJGM et repondez 3 - Sur wooclap.com tapez le code KTUXDU et repondez 4 - Visionner à son rythme la conférence suivante (liens ci dessous): https://youtu.be/3hmc7Y03HMk?si=gDiFhULVxUSQHXGq et https://youtu.be/C2jYltyK2fA?si=Lvw9AKJVbiQh1lIC 5- Préparez vos questions suite au visionnage de cette conférence.

Ecrit 2 Item 1 : technique, technologie et apprentissage moteur

ISFEC Saint Joseph - Montpellier Yannick Duboscq - enseignant agrégé EPS

2- Classe virtuellePlace et rôle des techniques en EPS19/9

Un peu d'histoire : Jusqu'aux années 60 la technique bénéficie d'un statut très important (gymnastiques construites suedoises et neo-suédoises ou techniques sportives) = élément central de la leçon.La technique devient la finalité de la léçon.Du milieu des années 60 aux début des années 80 c'est une période de remise en cause du statut accordé à la technique : la conception dualiste de la personne, la vision mécaniste du corps, l'apprentissage de type associasionniste, la pédagogie du modèle ... semblent dépassés donc rejetés = rejet du technicisme "révolution copernicienne" face à un "polypier de techniques" PARLEBAS 1967 Placer l'élève face à des exercices problèmes pour LE BOULCHL'élève doit construire ses techniques dans des situations jouées pour Mérand GARASSINO, R. (1980). La technique maudite. Revue EP.S., n° 164). A partir des années 80, on peut parler de "déni de la technique" (AMADE ESCOT, C. (1994). Didactique sujet et culture techniques, Spirales n°7.) car il s'agit de dépasser une EPS basée sur l'apprentissage de techniques. Le processus interne mis en oeuvre par l'élève est plus important que l'aspect extérieur effecteur du geste.Le vocabulaire évolue alors: maîtrise d'execution, niveau d'habilité, règle d'action, compétence spécifique, objet d'enseignement... N'est-ce pas un "technicisme camouflé" (AMADE ESCOT opcit).La technique ne devient-elle pas survalorisée dans les nouvelles formes d'évaluation qui s'écartent de la performance de barèmes nationaux ?Pour le courant culturaliste durant les années 90 (à l'opposé des partisans des "domaines d'actions" pour qui les effets recherchés doivent guider l'EPS), la discipline passe par l'appropriation de techniques sportives. BOUTHIER prône "une conception renovée des techniques" ("L'EPS et son rapport aux techniques", Spirales, 1995) vers un "technicisme assumé".

Place et rôle de l'acquisition des techniques

Et de sémantique: Etude de la PLACE : A quelle position vis à vis des autres acqusitions ? Quel rang ou importance ?L'acquisition de techniques est-elle prioritaire sur les autres acquisitions (méthodologiques et sociales).Complémentarité "Fil rouge moteur" (UBALDI) et "fil bleu méthodologique et social" (Roosli). Une fin (objectif) et un moyen (processus). Les techniques sont-elles à leur place en EPS (l'endroit où les apprendre) ?Est ce la place de l'EPS, de l'AS, du club ? = OU ? Prix à payer si on apprend des techniques en EPS ? Dangers : Confusion EPS et sport, s'éloigner de la complexité d'une approche par compétence, conscientisation, acquisitions à plus long termeEtude des ROLES : Fonction, joue le rôle d'objet d'enseignement comme point de départ des apprentissages en EPS vers lesquels il faut tendre (point de vue institutionnel).Emploi, les techniques sont employées pour viser l'acquisition de méthodes et attitudes, elles sont vectrices.Avoir le beau rôle car les techniques disposent de ce côté attrayant pour les élèves, levier motivationnel.

Place et rôle de l'acquisition des techniques

Une habileté pour s'adapter: Tehnique (techne) : du grec τέχνη, art, savoir-faire, « tour de main professionnel » (dans les métiers de l'artisanat ou de l'art), l'action efficace(chez les grecs de l'antiquité).COMBARNOUS, M. (1984). Les techniques sont « une ruse de l'homme »AMADE-ESCOT (1994) op cit. « Nous pouvons caractériser les techniques sportives comme des activités adaptatives de l'homme, c'est-à-dire des inventions en réponses à une série de questions posées par un contexte et un milieu déterminés. »Un produit efficace : POCIELLO, C. (1994). Cultures, techniques et corps sportifs (pp. 27-51). « La technique qualifie l'acte le plus approprié à sa fonction et le plus efficace dans ses résultats. C'est le savoir-faire productif. »Transmissible et générationnel :COMBARNOUS, M. (1984). Les techniques représentent « l’ensemble des procédés qui se lèguent de génération en génération, se diffusent par la transmission orale, par apprentissage, par enseignement et dont l’utilisation assure l’efficacité del’action » Formaliser pour assurer la transmission:DURAND, GEOFFROI et JACQUEMOND (1993) Constance et stabilité des tâches, invariance des adaptations motrices et technique sportive. In J.P. Famose (Ed.), Cognition et performance. Paris: INSEP « Pour être transmise et enseignée, la technique (…) fait l’objet d’une formalisation dont les constantes nous semblent être : description, généralisation et abstraction, modélisation et prescription »

Les techniques... quelles définitions ?

Deux conceptions principales qui s'opposent : FORMELLE et FONCTIONNELLE Gal, N. (1998). Les conceptions de la technique et de l’apprentissage comme obstacles au changement dans les pratiques d’intervention des enseignants d’Education physique et sportive. Revue Hyper, n°201 (pp. 06-10).La technique comme un produit, un résultat, selon une norme universelle FABRE, A. (1972). « La technique est l’expérience individuelle dépersonnalisée, transmise et capitalisée, une manière de faire séparée de ses raisons de faire, l’acte dépouillé de ses motifs".= CONCEPTION FORMELLE (un geste)Exemple du saut en hauteurOULa technique comme un processus, une activité, selon une norme personnelle.GARASSINO, R. (1979). La technique maudite. Revue EP.S., n° 164. « La technique est dans le sujet et son activité, et non dans l’objet qu’il produit (…). La technique est une manière de faire pas une chose faite » (…). C’est lorsqu’on la fige dans une formalisation abstraite, et qu’on la fait copier servilement qu’on sombre dans le technicisme ».= CONCEPTION FONCTIONNELLE (habileté corporelle pour répondre à un problème posé)Exemple d'un parcours en VTTDes éducations corporelles contrastées mais qui se complètent !!!Liens avec le cadre théorique de PAILLARD (1971) : MORPHOCINESES et TOPOCINESE ou habiletés ouvertes et fermées.

Les divergences liées aux techniques

BRUNER J (1991). Car la culture donne forme à l'esprit. Paris : Retz. « Les inventions culturelles et matérielles de l'être humain sont des extensions de ses organes sensoriels et moteurs, ainsi que de son propre cerveau, ce qui ouvre continuellement la porte à de nouveaux apprentissages. »MAUSS M (1950). Sociologie et anthropologie. Paris : PUF « Nous avons affaire à des techniques du corps. Le corps est le premier et le plus naturel instrument de l'homme. Ou plus exactement, sans parler d'instrument, le premier et le plus naturel objet technique, et en même temps moyen technique, de l'homme, c'est son corps (...). Avant les techniques à instruments, il y a l'ensemble des techniques du corps. »CHERVEL A (1998). La culture scolaire. Une approche historique, Paris, Belin, "l'école s'acquitte de sa tâche d'acculturation en mettant au point les contenus culturels qu'elle se charge d'enseigner".TRAVERS MASCRET (2011). La culture sportive., définissent les différents points de vue liés à la culture en EPS :1- Le point de vue culturaliste au sein duquel les APSA sont considérés comme des objets d'enseignement à travers les techniques sportives (produit de la construction des hommes). Etudier un nombre important d'APSA permet d'être physiquement éduqué.2- Le point de vue des "expériences vécues" (éducation au ressenti, arts, APPN, CA5...). "Les techniques sportives sont réincorporées du point de vue de leur sens fonctionnel. La performance change de signification : elle devient un indicateur d'une conquête motrice". 3- le point de vue développemental difficile à mettre en oeuvre au regard des contraintes sur le terrain mais qui influence la profession (opposition formalisme et réalisme). "Deux questions fortes pour l'EPS : la référence et l'identité"La référence : l'enseignant d'EPS est confronté aux diverses formes prises par une même pratique sociale (ex: rugby à XV, seven, flag...) et la diversité des pratiques des élèves (instituées et dépendantes d'une fédération ou non instituéé comme le foot au pied de l'immeuble).L'identité : confusion entre pratiques sociales et EPS, d'un point de vue institutionnel la volonté d'acquisitions méthodologiques et sociales en plus d'acquisitions techniques.

Les techniques indissociables de la culture

TRAVERS MASCRET (2011). La culture sportive., S'intéresser à l'activité du pratiquant : "Même si les APSA existent comme objet culturels, elles ne sont pas pour autant des objets d'enseignement à part entière. En effet, face au temps réduit accordé à l'enseignement de l'EPS et devant la complexité culturelle de chaque APSA, l'enseignant est plutôt amené à faire étudier aux élèves certains objets d'enseignement culturellement significatifs de l'APSA, et non "toute" l'APSA"."Pour selectionner ces objets d'enseignement, il ne s'agit plus de s'intéresser uniquement à l'APSA en tant que pratique sociale, mais plutôt de porter son attention sur l'activité adaptative du pratiquant en train de vivre une expérience sportive originale"."S'intéresser à l'activité adaptative du pratiquant, c'est d'abord s'intéresser à ce qu'il vit quand il est en action, à ce qu'il produit, à ce qu'il ressent, aux difficultés qu'il rencontre"."Il s'agit bien ici d'un paradigme différent de celui que présente un culturalisme restreint à l'apprentissages de techniques sportives dans leur aspect le plus immédiat et visible". EN EPS : Des techniques liées aux APSA mais également liées à l'entretien de soi.

Quelles techniques en EPS ?

Diapo de la conférence de Gal Petitfaux / Seve

Quelles techniques en EPS ?

ISFEC Saint Joseph - Montpellier Yannick Duboscq - enseignant agrégé EPS

3- Asynchrone(Travail coopératif en autonomie)20/9

Pour son thème, préparer une présentation avec un support à partager à l'écran en vue de l'exposer l'après-midi en classe virtuelle :Thème 1 : l'apprentissage moteur selon l'approche cognitiveThème 2 : l'apprentissage moteur selon l'approche dynamique Thème 3 : l'apprentissage moteur favorisé par les intéractions entre pairsThème 4 : La démonstration dans l'apprentissage moteur

Répartition des groupes

ISFEC Saint Joseph - Montpellier Yannick Duboscq - enseignant agrégé EPS

4- Classe virtuelle sur l'apprentissage moteur20/9

Définitions de l'apprentissage: REUCHLIN M.(1990), Psychologie, Paris PUF 8ème édition, "il y a apprentissage lorsqu'une organisme, placé plusieurs fois dans la même situation, modifie sa conduite de façon systématique et relativement stable".Définitions de l'apprentissage moteur: SCHMIDT RA (1993), Apprentissage moteur et performance, Paris, Vigot, "un ensemble d'opérations associées à la pratique ou à l'expérience, qui conduisent à des changements relativement permanents des compétences pour la performance dans des habiletés motrices".LARUE J. (2004) Manuel de psychologie du sport, tome 1: Les déterminants de la performance sportive "C'est l'étude des processus de changements internes associés à la pratique et à l'expéreince et conduisant à des changements relativement permanents des comportements""Les théories de l'apprentissage moteur supportent l'idée de la création d'un environnement optimal d'apprentissage pour améliorer l'efficacité et la qualité de l'acquisition de la performance sportive".Pour FAMOSE JP (1993), La performance motrice : un essai de définition, Paris INSEP, La performance apparaît comme un résultat produit de l'activité, perçu mesuré et/ou évalué par le pratiquant ou un observateur.

Apprendre en EPS

Coston Testevuide Ubaldi, Compétence et objet d'enseignement: les deux faces visibles d'une même pièce, Cahiers du CEDRE n13, 2013

OHLSSON S. (1996) Learning from performance errors, des apprentissage proceduraux et déclaratifsClassification de Bloom (1956) : des apprentissages dans 3 domaines (cognitif, affectif, psychomoteur)GAGNE R (1962): 5 types d'apprentissage (informations verbales, habiletés intecllectuelles, stratégies cogntives, les attitudes, les habiletés psychomotrices) Et en EPS qu'apprenons nous ? des connaissances, des capacités, des attitudes, des techniques, des objets d'enseignement, des méthodes.... en vue de construire des compétences (objectif instiuttionnel, complexes, produit et processus, stables ou non dans le temps).

Les types d'apprentissage

Il est possible d'établir une courbe d'apprentissage en fonction du temps ou du nombre d'essais.= intérêt d'un fil rouge ou carnet d'entraînement sur le plan diachronique.La courbe d'apprentissage présente des plateaux ou phase de stagnation, voire même parfois des regressions.C'est un processus non linéaire.Le cas du transfert d'apprentissage (décloisonnement des savoirs), un objectif pour gagner du temps mais difficile à mettre en oeuvre sur le terrain.exemple: les EPILes étapes de l'apprentissage : FITTS ET POSNER (1967), propose 3 étapes: une étape cognitiveune étape associative (l'apprenant teste et fait des liens par la pratique) une étape autonome (le sujet est moins dépendant des feedbacks intrinsèques et extrinsèques).

Comment fonctionne l'apprentissage :

Présentation de chaque groupe :Thème 1 : l'apprentissage moteur selon l'approche cognitiveThème 2 : l'apprentissage moteur selon l'approche dynamique Thème 3 : l'apprentissage moteur favorisé par les intéractions entre pairsThème 4 : La démonstration dans l'apprentissage moteur

Les théories de l'apprentissage moteur

L' APPROCHE BEHAVIORISTE explique les comportements par l'effet unique de l'environnement.Le conditionnement classique de PAVLOV qui propos deux modalités de conditionnement : "appétitif" ou plaisant, et "aversif" ou désagréable Le conditionnement opérant de SKINNER qui propose de "jouer" sur les renforcements ou punitions pour augmenter la probabilité d'apparition des comportements.= RECOMPENSES OU PUNITIONS QUI PEUVENT ETRE MISES EN OEUVRE.Choisir le système de score en EPS : score parlant SCDU (Bellard), score avec points valorisé, gagner ou perdre avec la manière, scores cumulés, score degringolade, double ou triple score... L'APPROCHE COGNITIVE basé sur les stuctures et fonctions cérébrales et dont l'apprentissage représente le stockage en mémoire de nouvelles connaissances. = ROLE DES CONSIGNES, PRISE DE CONSCIENCE, VERBALISATIONLe type de tâche choisi : plus ou moins définie donc avec les buts et critères de réalisation plus ou moins définis (Famose), éducation au ressentiL'APPROCHE CONSTRUCTIVISTE selon laquelle l'homme ne peut comprendre que ce qu'il a construit à partir de ses propres expériences (DEWEY, PIAGET).= METHODES ACTIVES, DIFFICULTE DE LA SITUATION, NOTION D'OBSTACLEAdapter le critère de réussite en fonction des élèves "Et si on réhabilitait les critères de réussites" MASCRET 2011, SRP.L'APPROCHE SOCIOCOGNITIVE pour laquelle le développement est le fruit des intéractions sociales avec des pairs (VYGOTSKI, BRUNER)= ORGANISER LES INTERACTIONS ENTRE LES PAIRSOrganiser des temps d'échanges au sein desquels des décisions stratégiques doivent être prises (ex: temps mort) : "de l'observateur au coach"L'APPROCHE DE L'APPRENTISSAGE PAR OBSERVATION selon laquelle les comportements humains sont appris au travers de l'observation des autres qui servent de modèles, le "modeling" (BANDURA)= PROPOSER UNE DEMONSTRATION Proposer une démonstartion adaptée aux élèves (modèle ou stylisée par exemple).

Les théories de l'apprentissage :

ADAMS en 1971 s'intéresse aux mouvements lents de positionnement et élabore sa théorie de la "boucle fermée". Il propose l'exsitence de deux traces mnémoniques : la "trace en mémoire" (un programme moteur simple responsable de l'initiation du mouvement dans la bonne direction) et la "trace perceptuelle" (référence d'exactitude comparée aux feedbacks de la réponse produite) = IMPORTANCE DE LA CONNAISSANCE DU RESULTAT (FEEDBACK)Proposer des feedbacks qualitatifs, quantitatifs et les consigner (Fils rouge d'Ubaldi) pour voir l'évolution de l'apprentissage.Limites : problème de mémoire (chaque mouvement dispose d'une trace perceptuelle), quid du premier essai, problématique des mouvements plus rapides.SCHMIDT en 1975 propose une théorie du "schéma moteur" (ensemble de règles déterminant un grand nombre de mouvements, limite l'espace mémoire requis, s'aplique à des mouvements jamais pratiqués).Le "programme moteur généralisé" contrôle le mouvement et fait appel à deux types de mémoire : le "shéma de rappel" (programmes moteurs spécifiques permettant la réalisation des mouvements) et le "schéma de reconnaissance " (évalue les résultats et met à jour le schéma de rappel si des erreurs sont détectées).4 types d'informations sont stockées: "les conditions initiales" (état de l'organisme) et "les spécifications de la réponse" (caractéristiques du mouvement) avant le mouvement puis "les conséquences sensorielles (sensations) et "les résultats" (comparaison) après le mouvement. = LA REPETITIONLaisser aux élèves le temps d'apprendre : séquence d'apprentissage longs, ne pas s'éparpiller dans les différents objets d'enseignementLimites : n'explique pas la façon d'acquérir de nouvelles coordinations, ni les petits ajustements dans un environnement changeant, nécéssité de mémoire très importante.

Approche cognitive de l'apprentissage moteur

L'implication cognitive est minimale ou absente car le comportement d'un système complexe émerge d'un réseau de contraintes liées à la tâche, l'organisme ou l'environnement (Newell, 1986).DELIGNIERES (2004) Manuel de psychologie du sport, tome 1: Les déterminants de la performance sportive, "(...) un contrôle cognitif, centralisé et exhaustif de la motricité, est une hypothèse inutile et les caratéristiques essentielles du comportement du système effecteur résultent sans doute de processus d'auto-organisation", les degrés de liberté (Berstein, 1967) étant les paramètres libres d'un système.L'apprentissage est le processus par lequel le sujet parvient peu à peu à maîtriser ses degrés de libertés, les transformer en un système plus stable selon 3 étapes : contrôle (ou gel), libération (utilisation d'articulations plus distales), exploitation (efficience) des degrés de liberté. "Un système tend à adopter, sous l'influence des contraintes qui le constituent et/ou qui pèsent sur lui, un certain type de comportement que l'on peut qualifier de naturel, spontané ou préferentiel. C'est à ces coordinations péférentielles que l'on donne le nom attracteur" (à l'opposé des repellants = coordinations les plus instables).Dans cette théorie, les "paramètres de contrôle" sont des facteurs qui évoluant au delà d'une valeur critique, sont susceptibles de modifier le paysage des attracteurs (exemple: hystérésis) = IMPORTANCE DES CONTRAINTES DE LA SITUATION D'APPRENTISSAGE.Penser l'aménagement matériel de la situationLe problème n'est pas de nier l'existence des cognitions mais de reconsidérer leur statut et leur rôle dans le contrôle moteur et l'apprentissage. La représentation que le sujet a du pattern à produire ou ses intentions sont susceptibles non pas de déterminer de façon absolue le comportement mais d'en orienter la dynamique.

Apprcohe dynamique de l'apprentissage moteur

Apprentissage coopératif : Jonhson et Jonhson 1989 proposent 5 piliers pour favoriser l'efficacité d'un travail de groupe: Interdépendance collective, Hétérogénéité des points de vue et réflexion critique, Responsabilisation individuelle, Égalité des statuts (esprit d'équipe), Habileté communicationnelle.Travail en dyades : le "conflit socio cognitif" (Ecole de Genève - PERRET CLERMONT 1975).4 dynamiques interactives (Ecole d'AIX - GILLY FRAISSE ROUX) : la co-construction, la co-élaboration acquiescante, la confrontation avec désaccord, la confrontation contradictoire.La partenaire peut prendre différentes fonctions : l'activation (motivation ou mobilisation cognitive), la contrôle (vérification), la perturbation (remise en question), l'explicitation-élucidation.SORSANA (1999) évoque des conduites de non co-élaboration ou des conduites parallèle.Dans le cadre de l'EPS: étude de D'ARIPPE LONGUEVILLE sur le salto, ou DARNIS sur le surnombre en handball.Tutorat entre pairs : 6 fonctions d'étayage pour BRUNER (enrôlement, réduction du degré de liberté, maintien de l'orientation, contrôle de la frustration, signalisation des caractéristiques déterminantes, démonstration).Dans le cadre de l'EPS : ENSERGUEIX LAFONT en tennis de table, LEGRAIN en boxe française.

L'apprentissage moteur favorisé par les interactions entre pairs

Bandura démontre que l'individu n'est pas eulement un imitateur mais également capable d'autorégulation.Sa théorie est basée sur deux notions principales: le modelage comme travail actif d'observation ("apprentissage vicariant") et l'autorégulation. L'observation sollicite les processus attentionnels et de mémorisation pour extraire les informations pertinentes et les coder en mémoire.= IMPORTANCE DES CRITERES D'OBSERVATION, STYLISATION DE LA DEMONSTRATION (modèle, ou ce qu'il faudrait faire à cette étape d'apprentissage, ou ce que l'élève fait).IMPORTANCE DES TICE

La démonstration et l'apprentissage moteur

ISFEC Saint Joseph - Montpellier Yannick Duboscq - enseignant agrégé EPS

5- Asynchrone(sujet + article)21/9

Prendre une heure et écrire toutes les idées de réponse.Ce travail préparatoire servira en méthodologie de l'écrit 2.

ISFEC Saint Joseph - Montpellier Yannick Duboscq - enseignant agrégé EPS

A - Sujet : Comment l'enseignant d'EPS peut-il enseigner des techniques sportives et permettre la construction des compétences du socle commun ?

ISFEC Saint Joseph - Montpellier Yannick Duboscq - enseignant agrégé EPS

B - Article : La culture sportiveTravers Mascret 2001