Want to make creations as awesome as this one?

More creations to inspire you

FIRE FIGHTER

Horizontal infographics

VIOLA DAVIS

Horizontal infographics

LOGOS

Horizontal infographics

ALEX MORGAN

Horizontal infographics

EUROPE PHYSICAL MAP

Horizontal infographics

Transcript

LA SUISSE ROMANDE

Lucía Román OrivePrimera Lengua (Francés 4) curso 2022-2023

La variété de français utilisée en Suisse romande n'est pas homogène.Certains particularités lexicales sont communes à l'ensemble de la Suisse romande, d'autres non.

La variation lexicale

La prononciation du français de Suisse romande n'est également pas uniforme.La variété phonétique est le principal moyen d'identifier les différentes variétés en Suisse romande.

La variation phonétique

Les variations morphosyntaxiques sont mieux connues grâce au Corpus oral du français parlé en Suisse romande (OFROM), c'est le premier corpus dédié exclusivement au français parlé en Suisse romande .

La variation morphosyntaxique

On considère qu'il existe une caractéristique commune à tous les accents romands : la résistance à l'oxytonie (accent mis sur la dernière syllabe) que l'on peut probablement attribuer à sa dérivation du franco-provençal.

La variation prosodique

La Suisse romande

La Suisse romande utilise l'auxiliaire vouloir dans le futur, par exemple dans des contextes qui concernent une prévision météorologique, soit : il veut pleuvoir « il va pleuvoir » , tu veux tomber « tu vas tomber ». Cet usage pour exprimer le futur se retrouve également dans plusieurs langues (it will rain), bien qu'il ne fasse pas partie du français standard. Le pronom ça, est emploié sporadiquement en antéposition au verbe : ça, j’y veux . La dérivation verbale avec le suffixe -ée est souvent utilisée en français régional pour désigner des aspects de quantité, d'intensité ou de mouvement comme par exemple: il a reçu une bonne éreintée; gonflée « grande quantité de nourriture ou de boisson ingérée ». Ensuite, pour les verbes intransitifs conjugués avec l'auxiliaire être, le passé surcomposé ne se construit pas en recomposant l'auxiliaire mais en intégrant le participe passé eu, ainsi: on est eu venu ici quelquefois le week-end mais c’était toujours fermé.

D'un point de vue lexical, les spécificités régionales appartiennent à cinq catégories différentes:

  • Des dialectalismes des anciennes langues vernaculaires soit le francoprovençal et le l’oïlique jurassien, comme par exemple: « déguiller » (faire tomber quelqu’un ou quelque chose de haut placé) ou « chneuquer » (chercher)
  • Des statalismes, qui sont des expressions désignant des réalités politiques ou culturelles propres au pays ou à la région de la variété de français. Entre autres: « chancelier » (fonctionnaire qui dirige la chancellerie fédérale ou l’administration d’une grande ville) ou « numéro postal » (code postal).
  • Des emprunts; calques issus des langues limitrophes comme « poutser » (nettoyer).
  • Des archaïsmes : « septante » (soixantedix) ou « carrousel » (manège).
  • Des innovations lexicales ou sémantiques, par exemple: « gâteau » (tarte) ou « école enfantine » (école maternelle).

Dans cette vidéo, la fille parle de la langue française en Suisse, de la culture, de la politique et de la vie quotidienne en Suisse romande à partir de son expérience. https://youtu.be/CJC_wRhYxrw

Il a été étudié que c’est en premier lieu l’accent qui permet de reconnaître les variétés de français suisse. En particulier sur la vitesse d’élocution des Suisses romands que des études récentes ont montré qu’ils ont, d’une part, une tendance plus importante à accentuer les avant-dernières syllabes et, d’autre part, qu’ils articulent plus lentement que les Français. Ensuite, ces études ont le mérite de prendre en compte la variation diaphane (lecture ou conversation), ainsi que des facteurs sociolinguistiques (âge, sexe). D'une autre part, des prononciations archaïques se pratiquent encore en Suisse romande telle que la conservation de l’opposition entre -o final fermé (artichaut [aᴚtiʹʃo]) et -ᴐ final ouvert (abricot [abᴚiʹkᴐ]). Aussi, l’alternance voyelle brève et voyelle longue, trait archaïque, se note par exemple, dans « belle » [bɛl] / « bêle » [bɛ:l].

En Suisse, le français est la langue maternelle de 17% de la population, mais il est parlé par une 65%. C'est l'une des quatre langues nationales, avec l'allemand, l'italien et le romanche. La Suisse romande est composée de sept cantons, dont quatre sont unilingues français et trois bilingues français-allemand. La variété suisse du français se caractérise par un certain nombre de phénomènes de variation régionale interne et de spécificités locales. Elle se caractérise également par les particularités lexicales, phonétiques, prosodiques et morphosyntaxiques.