Want to make creations as awesome as this one?

Transcript

Intelligence artificielle :quel impact sur la médecine ?

compréhensionorale

Commencer

C1/C2

Intelligence artificielle :quel impact sur la médecine ?

Écoutez et répondez.

Activité 1: Écouter

Intelligence artificielle :quel impact sur la médecine ?

Écoutez et répondez.

Activité 1: Écouter

Intelligence artificielle :quel impact sur la médecine ?

Écoutez et répondez.

Activité 1: Écouter

Intelligence artificielle :quel impact sur la médecine ?

Écoutez et répondez.

Activité 1: Écouter

Intelligence artificielle :quel impact sur la médecine ?

Écoutez et répondez.

Activité 1: Écouter

Intelligence artificielle :quel impact sur la médecine ?

Écoutez et répondez.

Activité 1: Écouter

Intelligence artificielle :quel impact sur la médecine ?

Écoutez et répondez.

Activité 1: Écouter

Intelligence artificielle :quel impact sur la médecine ?

Écoutez et répondez.

Activité 1: Écouter

Intelligence artificielle :quel impact sur la médecine ?

Écoutez et répondez.

Activité 1: Écouter

Intelligence artificielle :quel impact sur la médecine ?

Écoutez et répondez.

Activité 1: Écouter

Avez-vous compris les mots liés au domaine médical dans l'extrait ? Associez chaque mot à sa définition. Attention aux intrus !

Activité 2: Vocabulaire – La médecine

une assurance

un certificat

un diagnostic

prédictive

préventive

la radiothérapie

le serment

une tumeur

un vœu

1. Technique médicale qui vise à détruire des cellules cancéreuses: _________________2. Excroissance due à une prolifération anormale de cellules (elle peut être bégnine ou maligne): ______________3. Identification d'une maladie à partir de symptômes: ________________4. Approche médicale qui recherche les risques génétiques d'apparition des maladies: la médecine _________________5. Contrat qui permet la prise en charge tout ou partie des dépenses de santé: _______________ santé6. Texte fondateur de la déontologie médicale: _______________ d'Hippocrate

Avez-vous compris les mots liés au domaine médical dans l'extrait ? Associez chaque mot à sa définition. Attention aux intrus !

Activité 2: Vocabulaire – La médecine

une assurance

un diagnostic

prédictive

la radiothérapie

le serment

une tumeur

1. Technique médicale qui vise à détruire des cellules cancéreuses: _________________2. Excroissance due à une prolifération anormale de cellules (elle peut être bégnine ou maligne): ______________3. Identification d'une maladie à partir de symptômes: ________________4. Approche médicale qui recherche les risques génétiques d'apparition des maladies: la médecine _________________5. Contrat qui permet la prise en charge tout ou partie des dépenses de santé: _______________ santé6. Texte fondateur de la déontologie médicale: _______________ d'Hippocrate

Chantal Lorho: Jean-Emmanuel Bibault, de la même manière qu’aujourd’hui on ne connait plus par cœur les numéros de téléphone de nos proches, de nos amis, parce qu’on les a enregistrés sur notre smartphone, est-ce que les médecins ne risquent pas de perdre leur savoir-faire, une partie de leurs connaissances en se reposant sur l’IA ?Jean-Emmanuel Bibault: C’est un des enjeux effectivement au niveau de la formation des médecins du futur. Je reprends l’exemple de la radiothérapie où on fait les…, on faisait les contourages à la main. Si demain les contourages, donc le fait de définir sur un scanner en 3D les tumeurs, si ça c’est fait par une machine à l’avenir, on peut se demander qui va apprendre la façon correcte de le faire aux médecins du futur, la génération n+1 ; et puis si personne au final ne sait plus le faire soi-même, on peut aussi se demander qui est-ce qui va vérifier que la machine fait bien à la génération n+2, entre guillemets. Donc ça pose des vraies questions, et sans doute qu’il va falloir réfléchir à la façon d’adapter la formation des médecins, mais alors comme dans les autres domaines qui vont être impactés par l’IA mais aussi pour la médecine. Et c’est vrai qu'actuellement on n’a pas les réponses méthodologiques à toutes ces questions.Chantal Lorho: Et en cas d’erreur, qui serait responsable ? Contre qui les patients pourraient-ils se retourner ?Jean-Emmanuel Bibault: Alors actuellement s’il y a une erreur par exemple toujours sur l’exemple du contourage et ben ce sera le médecin qui sera responsable puisque c’est lui qui a validé à la fin le contourage. Si à l’avenir, il y a des algorithmes qui travaillent de façon plus autonome sur des questions de diagnostic d’imagerie par exemple aux urgences ou ailleurs et qu’il y a une erreur, là c’est pas encore très très clair. Possiblement que les responsabilités pourraient être partagées entre le médecin, l’hôpital et puis éventuellement la start-up ou l’entreprise qui commercialisel’algorithme mais c’est pas encore totalement figé dans la loi.

Transcription

Chantal Lorho: Et si par exemple l’IA prédit, on en revient à la médecine prédictive, un cancer dans les 5 ans à un patient, est-ce qu’on est sûrs que cette information ne parviendra jamais à sa banque qui pourrait alors lui refuser un prêt immobilier ou à son assurance santé qui se dépêcherait d’augmenter ses tarifs ?Jean-Emmanuel Bibault: Ben, en tout cas il y a déjà des garde-fous qui sont censés protéger les personnes de ce genre de choses, mais c’est clairement une des dérives potentielles liée à l’utilisation de données et à la création d’algorithmes prédictifs. Donc, c’est aussi pour ça que je pense qu’il faut que les médecins s’investissent eux-mêmes dans le développement de ce genre d’algorithmes-là parce que ce sont aussi un petit peu les garants du respect du serment d’Hippocrate tout simplement. Et que c’est à eux qu’il [leur] incombe la responsabilité que ces algorithmes-là ne se développent pas dans le mauvais sens.Chantal Lorho: Isabelle Ryl, on le comprend, la récolte, la gestion, la conservation des données sont des sujets extrêmement sensibles. Est-ce que le RGPD, le règlement général de protection des données instauré par les Européens va dans la bonne direction ?Isabelle Ryl: Alors je pense que oui. Le RGPD a été un grand succès européen. Il a d’ailleurs été reproduit, ou en tout cas, il a inspiré des législations dans d’autres pays. Et le but est vraiment de donner à chacun la maîtrise de ses données. Alors, là où il y a toujours un petit problème d’éducation,c’est que j’imagine que... il vous est déjà arrivé de cliquer, quand on vous demande de confirmer, vous cliquez oui parce que vous voulez accéder au service et donc vous ne lisez pas les clauses et donc vous ne savez pas ce qui est fait de vos données et donc vous donnez vos données parce que vous voulez le service gratuit. Donc ça c’est la dérive du système. Sur l’IA un règlement précis, spécifique sur l’IA est en train d’être mis en place à la commission européenne. Je pense qu’il doit être voté en fin de semaine si je n’ai pas, si je suis à jour sur les informations sur vraiment, sur le fait de qualifier l’usage qu’on va faire des IA et en fonction des si… des… des domaines et des activités sur lequel ce sera appliqué et il va y avoir un certain nombre de contraintes réglementaires, de tests, de vérifications, de contrôles sur la bonne… le bon fonctionnement des outils.

Transcription

Chantal Lorho: Et est-ce que les Européens sont les seuls ou en tout cas ceux qui s’inquiètent le plus justement de ce problème de régulation de l’IA, Jean-Emmanuel Bibault ?Jean-Emmanuel Bibault: Je pense de façon globale et… enfin c’est pas moi qui le dit mais c’est vrai que les Européens sont toujours très en avance sur la régulation de ce genre de, sur l’innovation tout simplement. En tout cas certainement plus en avance que les Américains ou les Chinois mais ça pose aussi des questions de potentiels retards qu’on a déjà, sans se voiler la face, sur les smartphones, les ordinateurs, tout est déjà américain ou chinois, il y a très très peu de choses y compris en software qui soient européennes. Et donc, il y a sans doute un équilibre à instaurer et bien réfléchir à bien doser entre une régulation forte et puis une régulation trop faible qui exposerait les utilisateurs à des dérives. Donc je pense que les choses sont très très loin d’être triviales. Je pense qu’on a aussi un gros risque à vouloir trop réguler, quoi qu’on en dise, enfin moi je pense ça en tout cas et j’ai peur qu’on soit un petit peu trop dans la régulation et peut-être pas assez dans l’innovation.Chantal Lorho: Vous êtes d’accord, François Goulette ?François Goulette: Moi je pense qu’on ne peut pas faire abstraction de la régulation sur ces questions-là qui sont quand même assez inquiétantes, en tout cas pour le grand public, souvent les gens ont peur, c’est pas forcément mon cas : moi je suis dans la technique, j’aime beaucoup la technique etj’aime la développer, mais je pense que quand on en parle autour de soi on se rend compte que ça fait peur à beaucoup de gens, on ne peut pas faire abstraction de la régulation et je pense que l’Europe va dans le bon sens et, personnellement je ne pense pas que les régulations en cours de mise en place freinent vraiment l’innovation. Je pense qu’elles sont nécessaires. Je prendrai une comparaison. Imaginez le développement de l’automobile au début du XXe siècle et imaginez qu’on ait voulu développer l’automobile sans mettre en place des règles de code de la route, ç’aurait été une catastrophe, je pense que c’est un petit peu du même ordre.

Transcription

Merci